facebook twitter youtube

Un Bond dans l’actu

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Du Brexit au mouvement féministe, en passant par la question des frontières, l’agent 007 continue de cristalliser toutes les mutations de notre société. La preuve par le livre pertinent d’Aliocha Wald Lasowski, Les cinq secrets de James Bond.

 

James Bond est un homme ponctuel. L’année 2020 marque toutefois son premier retard mondial. Le nouvel épisode de ses aventures, qui porte un titre prémonitoire – Mourir peut attendre  -, initialement prévu dans les salles en avril et retardé pour cause de pandémie, sortira le 12 novembre. Si 007 patiente derrière l’écran, il est quand même présent dans l’actualité, au  centre d’un livre percutant – Les cinq secrets de James Bond. Professeur de philosophie politique à Sciences-Po Lille, Aliocha Wald Lasowski pose un regard très contemporain sur la saga de l’agent secret et livre une remarquable odyssée rythmée par cinq escales – la politique, l’identité, l’amour, le corps, la culture -, soit les principaux modules de la mythologie 007. La grille de lecture d’Aliocha Wald Lasowski nous transporte plus loin que la simple analyse relevant de l’esthétique du film d’espionnage ou du cinéma d’action. On voit ainsi apparaître tout ce que la série véhicule comme sens et comme sous-texte, démontrant qu’elle est l’une des plus en phase avec l’évolution du monde – de la guerre froide au Brexit, en passant par la menace  nucléaire, la guerre des étoiles et le terrorisme. Confronté à l’actualité, qui est l’histoire en train de se faire, James Bond doit faire face aux fake news, à la cybercriminalité, et se positionne dans un mouvement de révolution des moeurs. Sa misogynie est depuis plusieurs films déconstruite, le poussant à se regarder dans un miroir marqué par les courants de pensée qui bouleversent notre société et redistribuent les cartes en termes de domination.

 

La saga, miroir géopolitique

“De la guerre froide au Brexit, explique Aliocha Wald Lasowski, la saga  accompagne, et parfois anticipe, les rapports entre les puissances mondiales. Au fil des films, on peut notamment suivre l’évolution de la place de la Chine sur l’échiquier mondial, mais aussi la question du terrorisme et du cyberterrorisme. En 1962, Dr. No sort presque au même moment que la crise des missiles à Cuba, et le film est déjà un reflet des tensions de l’époque. En 1983, Octopussy rend compte aussi de son époque en illustrant cette opposition qui divise le Kremlin – celle entre le général Orlov qui préconise d’attaquer frontalement le bloc de l’Ouest et le général Gogol qui, lui, affirme que le communisme vaincra mais par la voie diplomatique.”

 

La notion de frontières

“James Bond est un pur sujet britannique, mais de film en film, il devient de plus en plus sensible aux autres cultures. Il interroge la notion de frontières car il ne vit pas les autres cultures de l’extérieur, mais en se les appropriant et en se positionnant comme un symbole du multiculturalisme. Il surmonte les frontières, il les efface. En 1967, dans On ne vit que deux fois, on voit que 007 aime tellement la culture japonaise qu’il se transforme physiquement. L’agent 007 est un être hybride, un être en mutation – comme le monde d’aujourd’hui.”

 

James Bond est-il féministe?

“Je ne sais pas si James Bond est  féministe – il est quand même l’incarnation d’une masculinité stéréotypée -, mais les films où il apparaît peuvent l’être. Contrairement à ce que l’on croit, les femmes y ont un rôle plus important que celui assigné aux James Bond girls. Il y a des femmes qui symbolisent des valeurs d’émancipation, comme Pussy Galore dans Goldfinger qui, en 1964, est une pionnière, sans compter que, dans les missions, les femmes sont souvent des alter ego de Bond, surtout les espionnes russes, d’ailleurs. Cette dimension féministe est de plus en plus marquée dans les derniers épisodes et pousse évidemment James Bond à se remettre en question sur le principe de domination masculine.”

 

007 est-il influencé par la communauté LGBTQI?
“Daniel Craig a fait franchir un cap supplémentaire dans l’évolution du personnage. Avec lui, James Bond devient un corps sexué et un objet érotique, voire homoérotique. Dans Skyfall, la
scène de face-à-face avec Silva interprété par Javier Bardem (scène dans laquelle Bond immobilisé, les poignets liés, est entrepris par Silva qui lui caresse le torse et les jambes – NDLR)  est basée sur des jeux de séduction entre les deux hommes… Il faut saluer cette remise en question des normes sexuelles et ce déplacement du regard vers une nouvelle forme d’érotisation. En ce sens, Bond participe aux mouvements de pensée les plus à l’avant-garde.”

 

L’agent est-il un lanceur d’alerte?
“La saga des James Bond interroge la société de surveillance, l’hyper-technologie de notre monde et ses dérives. C’est une autre thématique apparue et défendue à l’ère de Daniel Craig,  opérant un peu comme Edward Snowden (informaticien à la National Security Agency, inculpé par le gouvernement américain pour espionnage – NDLR) qui a dénoncé cette société de l’hyper-contrôle. Dans les films avec Craig, on voit que, du côté britannique, il y a une volonté de contrôle, en même temps qu’une mise en garde face au danger qui viendrait de l’intérieur – le fait de détourner de façon malveillante des outils de surveillance, par exemple – et qui menacerait les démocraties.”

 

La pandémie, future thématique
“Dans la saga, deux films évoquent déjà la menace d’un virus mortel – Au service secret de Sa Majesté en 1969 et Moonraker, sorti en 1979. En revanche, ce qui est intéressant pour le récit 007 dans ce que nous vivons actuellement, c’est la dimension mondiale de l’épidémie qui est également un très bon moyen de questionner la notion de frontières puisque le virus ne connaît pas les frontières. La pandémie pourrait donc bien nourrir les fantasmes des missions de James Bond à venir car elle correspond assez bien à l’esprit politique de la série.”

 

Par Sébastien Ministru, le 5 août 2020

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Parlez-en !
Lire la suite

Laissez un commentaire

*