facebook twitter youtube

Stéphanie Gibaud

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Stéphanie-Gibaud_Portrait.pngBiographie

Stéphanie Gibaud est une spécialiste des relations publiques et du marketing évènementiel.
Septembre 1999, Elle entre chez UBS France à Paris (Union des banques suisses). Son métier est de développer sur le territoire français des partenariats avec des maisons de luxe et d’organiser des événements pour les clients fortunés de la banque.
Lanceuse d’alerte, elle a joué un rôle décisif en dénonçant dès 2008 les pratiques d’évasion fiscale et de blanchiment de fraude fiscale en bande organisée d’UBS AG (Suisse) avec la complicité d’UBS France.
Stéphanie Gibaud a été amenée dès 2011 à remettre des données confidentielles concernant la banque UBS à la Brigade Financière et les Douanes Judiciaires. Elle a également été reçue par des enquêteurs belges dans le cadre de la mise en examen d’UBS Belgium en juillet 2014 et début 2015.
Stéphanie Gibaud a été entendue au Sénat par Eric Bocquet, Rapporteur de la Commission Évasion Fiscale en 2012 et par Yann Galut, Député, en juillet 2013. Elle apparaît dans les rapports de la commission d’enquête sénatoriale du 17 juillet 2012 et du 17 octobre 2013. Elle publie en février 2014 « la femme qui en savait vraiment trop » au Cherche midi. Dans ce livre elle explique certains dysfonctionnements de la banque, concernant notamment le démarchage illicite des chargés d’affaires suisses sur le territoire français et l’évasion fiscale.
En janvier 2015, elle reçoit le Prix Anticor lors de la soirée « Éthique » contre « casseroles », quelques semaines avant qu’UBS France soit condamnée à hauteur de 30.000€ pour le harcèlement que Stéphanie Gibaud a subi pour avoir refusé de cautionner les pratiques de son employeur.
Le 11 mai 2015, elle est reçue au Parlement Européen de Bruxelles à l’invitation des Euro-députés Alain Lamassoure et Eva Joly pour être entendue par la commission des députés européens du comité « Tax Rulings ».
Le 17 juin 2015, Monsieur Ricardo Etchegaray, Ministre des Finances argentin, la reçoit à l’ambassade d’Argentine à Paris afin qu’elle soit entendue par les membres de la commission bicamérale du Congrès Argentin qui enquêtent sur la fraude fiscale et souhaitent connaître les méthodes d’UBS.
Le 10 septembre 2015, Stéphanie Gibaud est nominée pour le Prix Sakharov 2015, au coté de deux autres lanceurs d’alerte, Edward Snowden et Antoine Deltour.
Tête de liste sur Paris aux élections régionales de 2015 en Ile-de-France aux côtés de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), elle milite pour que les intérêts des Parisiens passent avant ceux des financiers.
Le 4 novembre 2015, elle se rend au Parlement à Luxembourg sur invitation de Marisa Matias, Eurodéputée portugaise puis le 13 novembre, elle rencontre Sarah Wagenknecht avec Fabio De Masi au Bundestag à Berlin pour évoquer le manque de protection des lanceurs d’alerte et l’évasion fiscale au sein de l’Europe.
Le 25 janvier 2016, Stéphanie rencontre Madame Latifa Ibn Ziaten, à laquelle elle soumet l’idée que les fonds non-déclarés à l’étranger et rapatriés à Bercy puissent financer l’éducation et la dé-radicalisation des jeunes.
Au printemps 2016, Stéphanie est auditionnée à l’Assemblée Nationale par Sébastien Denaja et Sandrine Mazetier, rapporteurs de la loi « Sapin II » dont un volet est consacré à la protection des lanceurs d’alerte.
En septembre 2016, elle devient co-Présidente du comité de soutien de Nicolas Dupont-Aignan, candidat à l’élection présidentielle française en déclarant que leur combat est identique : éthique et intégrité doivent être au cœur du monde de la finance et de celui de la politique.

Le livre de Stéphanie Gibaud

9782315008131_3D.png

Acheter le livre

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.