facebook twitter youtube

30/05/2019 – Brundibar, une arme contre la guerre et l’antisémitisme

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le spectacle Brundibar, à Brive, une arme de lutte massive contre la guerre et l’antisémitisme

Le spectacle Brundibar, parcours d’enfances juives, a conclu dans l’émotion la plus vibrante qui soit, mercredi soir à Allassac, un an de travail commun entre les lycées Cabanis, Danton et l’ensemble scolaire Edmond-Michelet. 

 

Après des mois de travail commun et approfondi, les élèves des lycées Cabanis, Simone-Veil (ex-Danton) et de la maîtrise de l’ensemble scolaire Edmond-Michelet se sont retrouvés sur la scène de la salle culturelle d’Allassac, mercredi soir, pour la première représentation du spectacle Brundibar, Brive-Terezin, parcours d’enfances juives.

Une dramatique histoire en toile de fond

Un spectacle théâtral et musical, mêlant vidéo et MAO, pour évoquer les destins particuliers de trois jeunes, Ludwig Scheucher (raflé à l’Ecole pratique de Brive en 1942), Helga Weissova (déportée à Terezin et auteure du Journal d’Helga) et Hanus Hachenburg (déporté à Auschwitz et qui écrira On a besoin d’un fantôme).

Ces destins, mêlés à ceux de tous les enfants pris dans la tourmente de la guerre et de la déportation. Pour les rassembler, l’opéra pour enfants Brundibar, créé par Hans Krasa dans le camp de Terezin avec des milliers de jeunes déportés.

Un hymne à la jeunesse et à la résistance

Entremêlant la jeunesse d’aujourd’hui, engagée dans le concours national de la résistance, et celle d’alors, le spectacle est le plus vibrant hymne à la vie et à la résistance. Un plaidoyer vigoureux contre le racisme, l’antisémitisme et la violence.

Un spectacle vécu « dans un état émotionnel très fort » par la marraine du projet Brundibar, Frania Haverland. « Les événements actuels nous inquiètent, nous les derniers déportés survivants, mais je veux rester optimiste et dire à la jeunesse qu’elle se lève pour résister contre ceux qui nous attirent vers tous les néants. »

Sur le sujet : Les enfants de Terezin et le monstre à moustache, un livre d’Henriette Chardak (Max Milo Editions). Un livre à la rencontre d’Ela Stein Weissberger, rescapée du camp de Terezin, où elle fut déportée à 11 ans. Entre 1943 et 1944, elle a chanté l’opéra Brundibar ; elle incarnait le chat et fut l’une des rares survivantes du chœur.

Par Blandine Hutin-Mercier

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Parlez-en !
Lire la suite

Laissez un commentaire

*