facebook twitter youtube

07/02/2019 – Comment parler des blancs ?

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Comment parler des Blancs ?

Du Grain à moudre par Hervé Gardette

La condition des Noirs, les discriminations dont ils font l’objet, sont aujourd’hui largement documentées. Le sujet devient plus délicat lorsqu’il s’agit d’évoquer les Blancs : une catégorie qui faisait figure d’impensé jusque-là, car défiant l’idéal républicain. Alors comment parler des Blancs ?

Inconnu du grand public comme des fans de hip-hop, le rappeur Nick Conrad est devenu subitement célèbre en septembre dernier. Grâce ou cause de son clip ‘’Pendez les Blancs’’. Clip violent, mettant en scène l’exécution d’un homme, et qui lui a valu d’être renvoyé en correctionnelle début janvier pour provocation au crime. Une amende de 5 000 euros avec sursis a été requise. Le jugement sera rendu le 19 mars.

Au-delà de ses conséquences judiciaires, cette affaire a alimenté le débat dans de nombreux médias autour de la question suivante : ‘’Y a-t-il un racisme anti-Blancs ?’’ Si cette question n’est pas inédite, elle n’est posée en France que depuis quelques années. Ne serait-ce que parce que, jusque-là, les Blancs étaient à la fois invisibles (comme le sont souvent les majorités) et sans revendications d’appartenance communautaire.

Dans un pays comme le nôtre, soucieux d’égalitarisme, l’apparition d’une telle catégorie, comme grille de lecture des rapports sociaux, ne pouvait aller de soi. Mais que nous enseigne l’Histoire et les autres pays à ce sujet ?

« Comment parler des Blancs ? »

Extraits de l’émission :

Maxime Cervulle : 

« L’identité blanche sous sa forme ordinaire se présente dans le contexte français comme la capacité à incarner une position neutre, une position universelle. C’est une identité blanche qui ne dit donc pas son nom mais elle se construit bien dans l’opposition systématique à des groupes ou à des individus qui sont vus eux comme toujours particuliers. »

Nell Irvin Painter : 

« C’était le cas aux Etats-Unis il y a encore deux ou trois ans. Mais maintenant, dans les médias, un homme blanc peut être désigné comme homme blanc, de manière neutre. Dans les années passées ce n’était pas nécessaire, s’il était normal alors il était blanc. »

Nell Irvin Painter : 

« Les choses bougent très vite aux Etats-Unis maintenant au sujet de la race, surtout dans le parti démocrate. Mais je ne crois pas que ça bouge beaucoup en France… »

Maxime Cervulle :

« Si, au contraire, ça bouge beaucoup. Il y a eu une transformation importante du côté de l’antiracisme. On est passé de l’antiracisme que l’on peut qualifier de moral et qui s’incarne dans les grandes associations reconnues comme par exemple SOS racisme dont le slogan était : « Touche pas à mon pote ». C’est-à-dire que c’est quelqu’un qui n’est pas victime du racisme qui dit à un raciste : « Ne touche pas aux minorités ». C’est également un antiracisme qui s’est beaucoup focalisé sur des atteintes explicites, les agressions par exemple, ainsi que sur des atteintes symboliques, la question de l’injure par exemple. Aujourd’hui on a une nouvelle génération de militants et d’association qui s’inscrivent dans un courant que l’on appelle l’antiracisme politique qui va beaucoup plus insister sur les inégalités qui sont générées par les discriminations et un racisme systémique ou structurel. »

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Lire la suite

Laissez un commentaire

*