Frédéric Farah en conférence les 5 et 6 novembre à Bagnols sur Cèze et Saint-Quentin-La-Poterie

Frédéric Farah, co-TAFTA-L'accord du plus fortauteur avec Thomas Porcher de TAFTA - L’Accord du plus fort sera en conférence les 5 et 6 novembre prochains à Bagnols sur Cèze et Saint-Quentin-La-Poterie.

Frédéric Farah se rendra le mercredi 5 novembre à Bagnols sur Cèze à l’invitation d’ATTAC Gard Rhodanien, pour mener une conférence sur TAFTA, au Centre culturel Léo Lagrange de Bagnols sur Cèze à partir de 20h30.
L’Association St-Quentin-Environnement, la Mairie de Saint-Quentin-La-Poterie et son Centre Social Intercommunal prennent le relais le jeudi 6 novembre pour une rencontre éco-citoyenne salle des Capitelles, place du jeu de boules à Saint-Quentin dès 18h30, toujours en présence de l’auteur.

Aujourd’hui à Bruxelles et aux États-Unis, se joue la signature d’un traité qui risque de changer radicalement la vie de centaines de millions de citoyens américains et européens. Son nom, TAFTA. Son but, abaisser le plus possible les barrières du commerce – notamment les normes – entre l’Europe et les États-Unis pour faciliter les échanges. Les négociations ont déjà commencé et portent sur des règlementations concernant l’ensemble de notre vie (alimentation, santé, droits sociaux,…). Pourtant, elles se font sans nous, sans nos élus, mais avec des représentants des multinationales.
Ce livre présente les enjeux de TAFTA et en identifie les risques potentiels, afin que les citoyens s’approprient ces questions et exigent un vrai débat démocratique.

Frédéric Farah est diplômé de Sciences-po Paris, professeur de sciences économiques et sociales et chargé de cours à l’université Paris Sorbonne-Nouvelle. Il a contribué à l’ouvrage collectif Regards sur un 21ème siècle en mouvement (Ellipses, 2012).
Thomas Porcher est docteur en économie de l’université Panthéon-Sorbonne, professeur associé à l’ESG-MS et chargé de cours à l’université Paris-Dauphine. Il est notamment l’auteur du Mirage du gaz de Schiste (Max Milo, 2013).

Le commentaires sont fermés.